Si une personne fait don (par voie de cession ou autrement) de son droit de recevoir un loyer, des dividendes, des intérêts, des redevances ou d`autres revenus à l`égard de tout bien à une autre personne (comme un conjoint ou un tiers au profit du conjoint), et le donneur conserve un int le bien, y compris une participation réversionnaire, le loyer, les dividendes, les intérêts, les redevances ou autres revenus seront réputés être ceux du donneur (S7 (7) de la Loi). Il en va de même pour le don d`un intérêt bénéficiaire dans une fiducie (S7 (7) (b) de la Loi). En ce qui concerne la procédure notariale, les règles qui sont appliquées et les documents qui sont exigés pour l`exécution d`un don sont les mêmes que les règles et les documents pour la vente d`un bien immobilier/généralement les documents sont-un document qui légitimer le donneur en tant que propriétaire , un régime et une évaluation fiscale du bien, des déclarations/. Après la signature de l`acte de titre pour le don de cet acte est enregistré à l`Agence de Registre pertinente après quoi le donataire devient le nouveau propriétaire de l`immobilier. – 0% en cas de donation entre conjoints ou parents linéaires/parent, enfants, petits-enfants/; – De 0,4% à 0,8% en cas de donation entre frères et sœurs et leurs enfants; – De 3,3% à 6,6% en cas de donation entre autres personnes/sauf celles mentionnées ci-dessus/. Les frais d`inscription au montant de 0,1% de l`évaluation fiscale, mais pas moins de 10 BGN qui est perçu par l`Agence de registre. Ce qui est important, c`est que selon l`art. 226 de la Loi sur les obligations et les contrats, la promesse de faire un don n`a aucun effet et le don d`un bien immobilier futur est nul et non avenu. Le don est également nul et non avenu quand il, ou le motif unique pour lequel il a été fait, contrevient à la loi ou aux bonnes mœurs, et aussi lorsque les conditions ou les fardeaux sont impossibles. Comme l`accord de vente et d`achat, le don est également exécuté via un acte notarié de titre avec présence et accord des deux parties – le donneur et le donataire. Mais l`idée qui réside dans la base du don est le transfert gratuit du droit de propriété sur l`immobilier. La personne qui fait don de la propriété ne le fait pas afin de bénéficier d`un avantage, mais avec une constatation claire du fait qu`il transfère immédiatement le droit de propriété sur le bien donné que la contrepartie ne paie pas le paiement de tout montant ou exécution de toute autre obligation financière.

Dans le cas où la propriété donnée a des charges, le plus tard suivra la propriété, même après le changement du propriétaire, c.-à-d. l`acquisition d`un bien grevé par donation ne supprimera pas cette charge. La question importante est de savoir qui peut être donateur. La présomption est que le donneur est alors une personne privée capable, le propriétaire d`un bien immobilier. Une société peut également faire don d`un bien immobilier que nous aimerions prêter votre attention sur le fait que, selon ce qui et à qui sera donné cela peut créer des complications financières et des problèmes. Dans certaines conditions, il n`y a pas de problème que le donneur soit représenté par un mandataire. Le donataire peut être n`importe quelle personne, y compris un mineur sous condition qu`il est correctement représenté. a) a intentionnellement assassiné ou tenté d`assassiner le donneur, sa femme ou son enfant, ou est un complice dans un tel crime, sauf si l`acte a été commis dans des circonstances qui excluent la culpabilité; b) a accusé slanderement le donneur de commettre un acte criminel qui est punissable d`au moins trois ans d`emprisonnement, sauf si l`accusation calomnieuse doit être poursuivie sur une plainte de la victime et qu`aucune plainte n`a été déposée, et c) a a refusé de fournir au donateur le soutien dont il a besoin.

Compartilhe

UA-41503162-1